Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!

,




Où en est Arnaud Montebourg ? "En plein boulot", assure l'intéressé. Un peu plus d'un mois après sa troisième place à la primaire socialiste, le héraut de la "démondialisation" projette de lancer, "tout début janvier", un "mouvement politique dédié à la défense de nos idées".

Le nom n'en est pas encore trouvé, mais ce mouvement sera accompagné d'un "think tank", d'une "école de formation des cadres" et d'une "université itinérante", annonce M. Montebourg.


Ce calendrier n'est-il pas singulier, en plein démarrage de la campagne de François Hollande, pour lancer une entreprise politique ? "Elle ne sera pas concurrente, elle sera complémentaire", explique le député de Saône-et-Loire.

Il n'est pas facile de continuer à exister et à capitaliser, en pleine compétition présidentielle, sur les 17 % des suffrages de la primaire. Aquilino Morelle, qui fut le directeur de campagne de M. Montebourg, précise : "Arnaud envisage son rôle comme un partenaire politique de François. Totalement loyal et engagé, mais attentif et autonome."

Le député avait d'emblée attiré l'attention de M. Hollande, en pleine constitution de son dispositif, sur le cas de plusieurs de ses proches. "Un certain nombre de nos camarades seront dans l'équipe de campagne", croit-on savoir dans l'entourage de M. Montebourg. Pas ce dernier. "Je n'ai pas demandé de rôle particulier", jure le député. "Je serai dans cette campagne le porte-parole des Français qui se sont reconnus dans mes propositions. Mon message est intact", martèle-t-il, précisant qu'il "reste, pour l'instant, en bilatéral avec François (Hollande)".

Sans titre particulier, le député de Saône-et-Loire se verrait volontiers en électron libre, autant qu'en aiguillon de la campagne, sur le flanc gauche. "On dit à François qu'il ne peut pas se priver des 17 % d'électeurs d'Arnaud, explique le chef de cabinet de ce dernier, Christophe Lantoine. On souhaite que François dépasse son propre courant d'idées social-démocrate." Pour le reste, le troisième homme de la primaire entend consolider son implantation sur les parts du marché électoral situées hors du PS, sur des terres jusqu'ici arpentées par Jean-Luc Mélenchon ou Jean-Pierre Chevènement, voire Marine Le Pen.

Source LeMonde.fr







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!