Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





C'est une population encline à l'abstention et volontiers versatile. Un électorat flâneur, peu ancré à droite ou à gauche, que l'on peut espérer conquérir. C'est, aussi, un bien petit contingent parmi les votants. A peine un peu plus de 13 % du corps électoral. Mais les 18-24 ans restent, pour les états-majors politiques, une cible à ne pas négliger.


"C'est un électorat symbolique, dont on a coutume de dire que son influence va au-delà des chiffres. Il y a une dimension symbolique, car ils incarnent l'avenir", analyse Emmanuel Rivière, directeur du département opinion de TNS Sofres.

En 1995, les 18-24 ans avaient amplifié l'élan de Jacques Chirac. Le futur président avait su remplir la salle de Bercy, à Paris, de soutiens juvéniles, manière d'afficher sa dynamique.

En 2002, en plaçant un Vert, Noël Mamère, en tête de leurs votes, les jeunes avaient participé au séisme du 21avril qui avait fait choir Lionel Jospin. En 2007, ils ont voté à contre-courant, plébiscitant Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy. L'idée qu'ils font et défont les élections s'en est trouvée malmenée. Qu'en sera-t-il en 2012 ?

Pour l'heure, les enquêtes donnent un net avantage au candidat socialiste, François Hollande.

Le panel "France 2012", réalisé du 30 novembre au 5 décembre par l'institut Ipsos pour Le Monde, Sciences Po, le Cevipof, la Fondapol et la Fondation Jean-Jaurès, illustre cette tendance. Cette étude, menée auprès d'un échantillon large (5 415 personnes), est plus crédible que les sondages ordinaires pour étudier la catégorie des 18-24 ans. Elle donne 36 % des intentions de vote à M. Hollande (+4 points par rapport à son score général), 22 % à Nicolas Sarkozy ( 3,5points), 17 % à Marine Le Pen (stable), et 5 % à François Bayrou (2 points).

Les résultats de ce panel, cependant, ont été collectés avant la récente embellie du présient du MoDem dans les enquêtes. "Le phénomène marquant, c'est que les jeunes se positionnent encore massivement pour la gauche", observe Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos.

Source : LeMonde.fr







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!