Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!

,




"Posez le drapeau rouge et servez la France!", a lancé Nicolas Sarkozy mardi 1er mai en direction des syndicats, devant des dizaines de milliers de supporteurs réunis place du Trocadéro à Paris pour la "vraie fête du travail".

Nicolas Sarkozy, le 1er mai place du Trocadéro, à Paris.

Le président-candidat, qui a défendu sa conception de "la valeur travail", a de nouveau reproché aux syndicats de faire de la politique, comme il l'a fait pendant la campagne, alors que plusieurs d'entre eux ont souhaité récemment sa défaite le 6 mai face à François Hollande.
"Je n'ai entendu que des slogans politiques" dans les cortèges des organisations syndicales, qui défilaient partout en France à l'occasion de cette fête du travail, a-t-il affirmé. Avant de lancer à leur attention : "Laissez les drapeaux rouges, les partis, remplissez la mission qui est la vôtre dans la démocratie." "Votre rôle est de défendre les salariés et le travail, ne l'oubliez pas", a-t-il insisté.
"LE DRAPEAU ROUGE, C'EST LE DRAPEAU D'UN PARTI"
"Regardez les cortèges : ils ont choisi de défiler sous les drapeaux rouges, nous avons choisi le drapeau tricolore", a fait valoir le président-candidat, qui a revendiqué la présence de 200 000 personnes lors du rassemblement de ses partisans. Un chiffre invérifiable. "Le drapeau rouge, c'est le drapeau d'un parti. Notre drapeau, c'est celui de la France. (...) Il n'y a pas pour nous un peuple de droite et un peuple de gauche", a poursuivi M. Sarkozy, pour se poser comme le candidat du "peuple de France", qui souhaite rassembler.
"Dans la République, ce ne sont pas les syndicats qui gouvernent, mais le gouvernement. Et le peuple qui décide. Quand il y a blocage, on donne la parole au peuple", a-t-il poursuivi, en référence à sa volonté de généraliser la pratique du référendum, qui consiste à faire trancher par le peuple français les grands arbitrages chaque fois qu'il y aura un blocage. Dans le passé, il s'était pourtant montré opposé au recours à cet instrument de démocratie directe. 
...
Lire la suite sur LeMonde.fr







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!