Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Pas de repentance ni d'excuses. Au deuxième jour de sa visite d'Etat en Algérie, le président français, François Hollande, a évité de prononcer ces mots devenus tabous au Parlement algérien jeudi 20 décembre, mais il a reconnu "les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien". Parmi ces souffrances, il a cité "les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata" qui "demeurent ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens". Déjà, l'ambassadeur en Algérie, Hubert Colin de Verdière avait dénoncé en 2005, le massacre de Sétif le 8 mai 1945 : "Une tragédie inexcusable".
Après avoir jugé que "la vérité, elle ne divise pas, elle rassemble", le président français a estimé : "L'histoire, elle doit être dite et je vais la dire." Selon lui, cela consiste à rappeler que "pendant 132 ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal". Et, "ce système a un nom : c'est la colonisation", a-t-il ajouté, déclenchant des applaudissements. Déjà, hier, le président qui avait dit à France 2 souhaiter un "discours de vérité" et avait reconnu l'usage de la torture en Algérie.








Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!