Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





A Paris, et plus récemment à Lyon, des primaires citoyennes ont permis à l’UMP de se doter d’un candidat pour les municipales de mars 2014. Pour autant, à neuf mois du scrutin, le parti de droite se cherche encore des têtes de liste dans plusieurs grandes villes ou villes moyennes, comme Marseille, Lille, Caen, Rouen, Clermont-Ferrand, Pau ou Grenoble. Explications.

Le port de Marseille (Bouches-du-Rhône). Le maire UMP, Jean-Claude Gaudin, laisse planer le doute sur sa candidature à la municipale.


Dans certaines communes, si l’UMP ne parvient pas à désigner une tête de liste, c’est parce qu’aucun candidat ne réussit à se détacher et à fédérer les militants autour de lui.

Clermont-Ferrand. Dans cette ville socialiste, une primaire doit être organisée le 15 juin entre les deux postulants à l'investiture. Problème : l’un d'eux refuse le principe d'une primaire. Guy Ballet, ancien conseiller de Brice Hortefeux, a dénoncé, le 5 juin, les “méthodes staliniennes” de l’UMP après avoir été inscrit d’office à la primaire face à Jean-Pierre Brenas, selon le quotidien La Montagne

Caen. L’ancienne maire UMP Brigitte Le Brethon, défaite en 2008, s’est lancée tard dans la course, en se déclarant seulement en avril, relate Ouest France. Elle est en concurrence avec le président du groupe UMP au conseil régional, Joël Bruneau. L'état-major de l’UMP doit désigner "fin juin" son candidat, dans une ville qui a voté à plus de 60% pour François Hollande au second tour de la présidentielle.

Grenoble. Une primaire est prévue le 6 octobre pour départager les candidats, dont l’ancien ministre et ancien maire Alain Carignon, connu pour avoir passé vingt-neuf mois en détention pour corruption. En attendant, les cinq candidats à la primaire s’affrontent lors de débats ouverts au public, dans cette ville gérée par le PS.









Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!