Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Le jeudi 11 juillet est sans doute à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire de l'UMP. Trois jours à peine après le retour fracassant de Nicolas Sarkozy sur la scène médiatique, François Fillon lui a signifié sèchement la fin de son propre deuil présidentiel.

Nicolas Sarkozy et François Fillon, le 24 octobre 2012 à la sortie d'un restaurant parisien. (ERIC FEFERBERG / AFP)


A l'occasion d'une réunion publique à La Grande Motte, dans l'Hérault, l'ancien premier ministre a accompli, en même temps, deux gestes politiques : il a ouvertement mis un terme à la séquence du "collaborateur" - un qualificatif peu élogieux dont l'avait affublé l'ancien chef de l'État au début de son quinquennat - et il a implicitement ouvert celle de l'inventaire du sarkozysme.

Dans un discours de 18 pages dont le préambule - opposition oblige - est une critique en règle de François Hollande et des socialistes, Fillon a procédé à une véritable exécution après avoir assuré - "naturellement" - qu'il "n'est pas question de laisser Nicolas Sarkozy seul devant l’épreuve".

L'épreuve en question est celle qui découle de la décision du Conseil constitutionnel de rejeter le compte de campagne de l'ancien président-candidat... et de priver l'UMP d'un remboursement forfaitaire de 11 millions d'euros.







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!