Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





 A l'approche des municipales de mars prochain, la tension monte chez les écologistes marseillais. Lors de la désignation de Karim Zéribi comme tête de liste d'EELV à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 28 septembre, son adversaire Sébastien Barles, conseiller municipal et porte-parole régional du parti, dénonçait de nombreuses irrégularités.


Voilà que ce dernier se retrouve à son tour sous le feu des accusations.
Dans un communiqué intitulé «Le dessous des cartes à Marseille», Aïcha Muniga, adjointe au maire du 1er secteur de Marseille -le candidat PS Patrick Mennucci- dénonce une pratique qui a, selon elle, «fait école chez Europe Écologie les Verts» dans la cité phocéenne.

«Une poignée d’élus s’est arrogée le droit d’estampiller les cartes des adhérents EELV en les classant en deux catégories : les vrais écolos et les faux écolos (...) Les vrais écolos sont ceux qui dans les assemblées générales de désignation de candidatures votent en leur faveur, et les faux écolos tous les autres», écrit-elle.
«Recruter massivement des adhérents»

Et de viser directement Sébastien Barles. Au soir de la désignation de l'eurodéputé Karim Zéribi comme candidat EELV à la mairie de Marseille, celui-ci avait dénoncé «une adhésion massive de nouveaux militants dont certains ignoraient qu'ils avaient adhéré» ou des «spoliations de mandats» pour des votes par procuration. Considérant que la candidature de Karim Zéribi était entachée de nombreuses irrégularités, il s'était retiré avant même que celui-ci ne soit désigné.

Celle qui fut sa suppléante pour les élections cantonales de 2011 et les législatives de 2012 lui renvoie la balle en assurant que ce sont «ces mêmes faux écolos, ces mêmes fausses cartes lui ont permis un temps d’être "roi"». Aïcha Muniga accuse Sébastien Barles de lui «avoir demandé de recruter massivement des adhérents pour contrer la montée en puissance de Karim Zéribi», ce qu'elle dit avoir «refusé».

Selon elle, «les nombreuses cartes d’adhésions, trop selon les détracteurs, ne sont en réalité que le reflet d’une dynamique autour de militants engagés qui vont à la rencontre de la population».









Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!