Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





«J’en étais sûr : cinq nouveaux moines se sont inscrits en trois semaines sur les listes électorales! A chaque municipale, c’est pareil. Ils sont 63 à vivre dans l’abbaye et on en décompte toujours plus de 70 sur les listes… » André Antigny fait voler la porte du bureau de Frédérique Prud’Homme, la garagiste de Fontgombault (Indre), et brandit triomphalement une liasse de papiers qu’il vient de récupérer à la mairie. Depuis, il a alerté la sous-préfecture de cette « bizarrerie ». Depuis quelques semaines, les esprits s’échauffent dans ce paisible village de 262 âmes, perdu entre Châteauroux et Limoges. André et Frédérique sont sur le pied de guerre. Ces deux citoyens sont les figures de proue des Indignés de Fontgombault. Un collectif d’une trentaine d’habitants qui a entamé un bras de fer avec le maire, mais aussi avec la communauté de moines bénédictins qui réside depuis le XIIe siècle dans l’abbaye Notre-Dame, et qui représente à elle seule 34% des électeurs.
C’est un conseil municipal, le 24 octobre, qui a mis le feu aux poudres. Le maire et six de ses adjoints ont voté leur refus de célébrer des mariages de couples homosexuels, en menaçant de démissionner le cas échéant. Motif : « La loi naturelle est supérieure aux lois humaines »! Le maire, Jacques Tissier, patron du village depuis 1977 et qui risque aujourd’hui des sanctions administratives, a signé l’appel contre le mariage pour tous du Collectif des maires pour l’enfance.
Au village, deux conseillers municipaux sont… des moines, le frère Bernard Tremolet de Villers et le frère Raphaël Bouere. Aucun d’entre eux ne souhaite s’exprimer. Sous couvert d’anonymat, un moine lâche toutefois : « Il est logique que nous nous intéressions à la vie de la cité où nous résidons. On nous a demandé de participer au conseil municipal, notre influence est spirituelle. » La décision n’est en tout cas pas passée inaperçue : « J’ai dû relire cent fois la délibération du conseil pour être sûre d’avoir bien compris », se souvient, encore éberluée, Frédérique qui gère, avec son mari Jean-Philippe, le garage installé face à la mairie. Après avoir repris ses esprits, cette « forte », comme elle aime se définir, s’est précipitée à la sous-préfecture afin d’attirer l’attention des autorités, avant de sonner le tocsin à « la Nouvelle République », le journal local.
« Sans me concerter avec Frédérique, j’ai publié des textes sur les réseaux sociaux », se souvient Marie Hurtrel, une artiste. De fil en aiguille, une vague contestataire s’est propagée dans le village. « Quelques jours plus tard, on s’est retrouvés à 35 dans la salle des fêtes pour monter les Indignés », se félicite André. Depuis, le soufflet n’est toujours pas retombé, mais cette mobilisation inédite laisse certains habitants circonspects : « Ça fait beaucoup rigoler ici », constate Didier, l’épicier, qui tient l’unique commerce du village. « On connaît les opinions du maire, ça n’a surpris personne, mais il n’avait pas forcément besoin d’en parler. » Jacques Tissier a d’ailleurs peu de chances de célébrer un mariage gay : aucun couple homosexuel ne s’est manifesté pour l’heure à Fontgombault.
Cette révolte a en tout cas le mérite de réveiller la foi démocratique de ce petit village endormi. Séverine Reulier, qui a claqué la porte du conseil municipal pour rejoindre les Indignés, s’en félicite quotidiennement. « Ce qui se passe était inimaginable il y a encore deux mois. J’ai découvert des gens que je ne connaissais pas. On essaie tous ensemble de faire quelque chose. » Les Indignés envisagent sérieusement de transformer ce bel élan collectif : « On réfléchit à la constitution d’une liste pour les prochaines », explique Frédérique. Le rapport de force ne leur est toutefois pas favorable. André, qui a été un candidat malheureux à la mairie lors du dernier scrutin, en sait quelque chose… La coloration politique de Fontgombault est atypique : en 2002, la pasionaria chrétienne (RCD) était arrivée en tête au premier tour de l’élection présidentielle…








Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!