Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!

,




Dans le combat politique, comme dans toute compétition, c'est une erreur une faute même de sous-estimer l'adversaire.

Ainsi, depuis des semaines, le président de la République et ses conseillers sont persuadés, ou veulent se convaincre, que François Hollande va "s'effondrer".

Le candidat socialiste a beau être placé nettement en tête du premier tour et largement vainqueur du second dans toutes les enquêtes d'intentions de vote, ils n'en démordent pas : cette avance est aussi illusoire que provisoire. Bientôt, pronostiquent les augures élyséens, "les courbes vont s'inverser".

Comment pourrait-il en être autrement quand les plus aimables d'entre eux assurent que M. Hollande n'a pas l'étoffe présidentielle, tandis que les autres le jugent tout simplement "nul".

Les semaines passent, pourtant, et le candidat Hollande ne s'effondre pas. Il est redescendu, certes, des sommets improbables où l'avaient propulsé sa désignation à la mi-octobre2011 au terme de la primaire "citoyenne". Mais il continue à flirter avec la barre des 30 % d'intentions de vote quand, au contraire, le président sortant s'érode et s'effrite, en dépit des initiatives tous azimuts qu'il a lancées depuis le début de l'année.

Chacun attendait donc avec impatience le grand meeting de François Hollande au Bourget, le 22 janvier, premier véritable temps fort de sa campagne. La droite escomptait qu'il ne serait pas à la hauteur de ce rituel initiatique de toute campagne présidentielle.

Avant lui, en 2002 comme en 2007, Lionel Jospin et Ségolène Royal n'avaient-ils pas, chacun à sa manière, manqué leur entrée dans l'arène ? Beaucoup, à gauche, le redoutaient, tant le candidat socialiste était apparu, depuis sa victoire dans la primaire, comme attentiste, irrésolu, ballotté par les cafouillages répétés de son équipe.

Conforme, en quelque sorte, à l'image du candidat mou et flou que ses concurrents de la primaire avaient pointée sans aménité et que ses adversaires, à droite comme à gauche, avaient ensuite relayée à l'envi.







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!