Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Le député Didier Mathus (PS) a réclamé mercredi 25 janvier au président du CSA une réunion "d'urgence" sur les conditions d'intervention à la télévision de Nicolas Sarkozy dimanche prochain, portant atteinte à ses yeux "à l'équité de traitement entre candidats", ce qui a déclenché des protestations à l'UMP.




"Le président sortant-candidat monopolisera six chaînes au même moment, et ce, pendant toute la durée de cette interview", selon son courrier à Michel Boyon dont l'AFP a eu copie. Pour ce député de Saône-et-Loire, vice-président du groupe PS chargé des médias, "cette confiscation sans précédent des canaux de télévision, à l'heure de plus grande écoute, en période électorale, soulève un grave problème".
Il demande donc à M. Boyon de "réunir le CSA en urgence" pour "évaluer l'atteinte à l'équité de traitement entre candidats qu'institue cette surexposition et en tirer toutes les conséquences en matière de restitution de l'espace démocratique".
Dans la soirée, plusieurs responsables UMP ont dénoncé dans des communiqués distincts ces propos de M. Mathus, et défendu "la légitimité" de l'intervention présidentielle.
Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe du parti présidentiel, a jugé "pour le moins cocasse que le PS qui a monopolisé la scène médiatique pendant des semaines avec ses primaires, au point de voir le CSA faire un rappel à l'ordre, puisse aujourd'hui parler de 'confiscation des canaux télé'".
La médiatisation de la campagne socialiste, en septembre et en octobre 2011, avait donné à l'ensemble de l'opposition un temps de parole supérieur à celui de la majorité, alors qu'il représente habituellement la moitié de celui-ci. Le CSA avait alors mis en demeure cinq chaînes.







Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!