Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Arnaud Montebourg a évoqué le cas brûlant PSA Peugeot Citroën ce vendredi matin sur BFMTV-RMC. «La ligne rouge c'est que PSA restera Français, c'est notre position», a martelé le ministre du Redressement productif. Depuis ce jeudi, la marque au lion fait parler d'elle, après que le constructeur américain Général Motors a brutalement annoncé qu'il cédait 7% de ses parts au capital de PSA, soit 24,8 millions d'euros.

Arnaud montebourg




Conséquence, ce vendredi matin, la marque au lion dégringole à la Bourse de Paris. Peu après 9 heures, la valeur du titre perdait 7,34% à 9,85 euros, alors que l'indice CAC 40 était presque stable (-0,09%). La veille, PSA avait déjà dégringolé. La sortie de Général Motors a surpris, d'autant que quelques heures plus tôt, ce jeudi, le constructeur français en difficulté avait évoqué un accord entre les deux groupes dans le but que «Général Motors renonce à son droit de mettre fin (...) à l'alliance dans l'éventualité d'une prise de participation de certains tiers au capital de Peugeot».

Le chinois Dongfeng Motor en embuscade

Peu après l'annonce choc de Général Motors jeudi, PSA a assuré «étudier des nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, y compris (le Chinois) Dongfeng Motor, ainsi qu'un projet d'augmentation de capital». Le montant de cette hausse de capital s'élèverait à 3,5 milliards d'euros et le scénario probable serait que L'Etat et le constructeur Dongfeng y participent tout deux, prenant 20% du capital. Arnaud Montebourg est néanmoins resté silencieux sur une éventuelle participation de l'Etat ce vendredi matin sur BFMTV RMC.

«Je ne peux pas vous répondre tant que les négociations sont en cours, l'Etat décidera quand nous aurons la nature exacte de l'accord entre Dongfeng et PSA, a-t-il balayé, laissons les entreprises discuter entre elles». Hier à l'annonce du retrait de GM, le ministre s'était voulu rassurant sur le sort du constructeur français. «PSA construit des alliances mondiales de long terme qui lui permettront de rebondir et d'acquérir la taille critique d'un constructeur mondial de premier plan», avait-il réagi à chaud.











Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!