Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





«Ces comportements sont inacceptables et n'ont rien à voir avec les valeurs que nous défendons», a martelé Jean-François Copé, sur France Info ce mercredi matin. Dans la foulée, le bureau politique de l'UMP a confirmé la suspension de Luc Jousse.

Le maire de Roquebrune-sur-Argens (Var), qui a fait scandale en déplorant que les secours soient arrivés assez tôt pour éteindre un incendie dans un camp de Roms installé sur sa commune, avait déjà été suspendu par les instances locales de son parti la semaine dernière.

Alors que le président de l'UMP s'est d'ores et déjà prononcé pour l'exclusion de Luc Jousse, qui a été investi en vue des municipales de mars prochain, c'est au Conseil national de l'UMP, réuni le 25 janvier prochain, que reviendra la décision finale. Cette procédure permettra à Luc Jousse d'être entendu par la direction du parti.

«Sanctions appropriées»

Celui-ci n'a pas attendu pour s'expliquer amplement dans les médias. L'élu s'est défendu en expliquant qu'il n'avait fait que répéter les propos d'un riverain excédé.

Y compris lorsque, après Mediapart, BFM TV diffusait un second enregistrement dans lequel on l'entendait lâcher, à propos des gens du voyage installés à  Roquebrune-sur-Argens : «Ils ont foutu le feu à leur propres câbles. Si vous voulez que je sois plus précis, c'est presque dommage que l'on ait donné l'alerte si tôt..

L'UMP avait aussitôt promis des «sanctions appropriées». Plusieurs plaintes avaient été déposées, notamment par la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et l'association «Défense de la culture tzigane».










Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!