Actu Politique de la France ... Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Pour son premier déplacement de président outre-mer, en Guyane, François Hollande a assisté au centre spatial de Kourou, samedi, à la signature d'un contrat de 2 milliards entre Astrium et Arianespace, portant sur la fourniture de 18 lanceurs Ariane 5 supplémentaires.

Hollande en Guyane : contrat pour Ariane, accord sur l'orpaillage clandestin


Le chef de l'Etat était accompagné pour cette visite des ministres Victorin Lurel (Outre-mer), Christiane Taubira (Justice), Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur, recherche) et Benoît Hamon (Economie sociale et solidaire).


Revenant d'une visite d'Etat de deux jours au Brésil, le chef de l'Etat a par ailleurs atterri vendredi à Cayenne avec dans ses bagages la ratification par le Parlement brésilien de cet accord très attendu pour lutter contre l'orpaillage illégal. Il a affirmé sa volonté d'aller «jusqu'au bout dans le combat» contre ce fléau qui mine l'économie guyanaise, avec des conséquences néfastes aussi bien sur l'environnement qu'en termes de sécurité.

Le chef de l'Etat a rappelé que «trois mitaires ont été tués» lors d'opérations contre des orpailleurs clandestins, et que deux légionnaires étaient toujours dans le coma après avoir été «gravement brûlés au début du mois de décembre». L'orpaillage illégal en Guyane a connu une recrudescence inquiétante en 2013. Selon les chiffres officiels fournis par les autorités le 6 décembre, 771 chantiers d'orpaillage illégaux ont été repérés depuis début 2013 en Guyane contre 392 en 2011.

Le Rafale trop cher pour le Brésil ?

La France ne décrochera pas un important contrat d'avions de chasse avec le Brésil parce que son offre est trop chère. Le quotidien brésilien Folha de São Paulo affirmait samedi que l'offre française de 36 Rafale pour quatre milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) sera déclinée pour cause de prix trop élevé. L'avion de combat français de Dassault-aviation est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'Américain Boeing et le Gripen NG du Suédois Saab pour un appel d'offres brésilien portant sur 36 avions de chasse.

Depuis que le Brésil a annoncé le retrait des avions Mirage 2000 à la fin de l'année, Paris n'a eu de cesse de venter les mérites de ses Rafale, espérant conclure une vente que Nicolas Sarkozy avait cru acquise en 2009. Une ébauche d'accord avait alors été trouvée avec le président brésilien de l'époque, Luiz Inacio Lula da Silva. Mais à son arrivée au pouvoir, Dilma Rousseff a souhaité reconsidérer les options.

Au premier jour de sa visite d'Etat au Brésil, jeudi, François Hollande a rencontré la présidente brésilienne à Brasilia, affichant sa volonté de conforter le partage de savoir-faire technologiques. Si plusieurs contrats ont vien été signés, le délicat dossier du Rafale n'a pas été évoqué publiquement,. Dilma Rousseff pourrait ne pas souhaiter conclure un contrat aussi coûteux à l'approche de 2014, année des élections générales au Brésil, et alors que le gouvernement est vivement critiqué en raison du coût du Mondial de football, estimé à huit milliards d'euros. Selon la Folha, la décision finale ne sera pas prise avant 2015.









Enregistrer un commentaire

votre avis nous intéresse !!